Retour sur le conseil du 19 novembre 2018

Veuillez retrouver notre Lettre information AIMEylan n°43 qui revient sur le conseil muncipal du 19 novembre 2018, et en particulier sur les points:

  • Le débat d’orientation budgétaire
  • Dissolution du syndicat intercommunal SIEST
  • Un budget au CCAS en dépassement
  • Transfert de la compétence Emploi-Insertion à la Métro
  • Une étude sur le scolaire pour des prunes ?
  • Une étude sur le coeur de ville

Après la pantalonnade… la débandade ?

Quels sont les Meylanais capables de suivre l’actualité politique municipale ? Tout le monde y perd son latin, même les intéressés !

Le nouveau maire a été élu avec seulement 13 des 33 voix des élus au conseil municipal. Cette majorité relative lui donne le titre mais pourra-t-il gouverner la commune et obtenir une majorité pour valider les délibérations, dont le budget?

Les élus de la liste Tardy, trahis et renversés hier par leurs 13 colistiers putschistes, aujourd’hui au pouvoir, vont-ils obéir au nouvel exécutif? La mise en place est très lente et erratique… et les dossiers meylanais sont toujours à l’arrêt !

Qu’est-ce qui a motivé ce putsch ? Ambitions et haines personnelles ? Affaires ?  En tout cas,  le fonctionnement communal semble le cadet des soucis de la liste Tardy !

L’incompétence du nouvel exécutif est notoire :

  • Dysfonctionnements graves du conseil municipal : certaines délibérations ont été votées 3 fois! Certaines démissions acceptées par le maire en conseil sont non suivies d’effet. Délibérations non étudiées préalablement en commissions…
  • Annonce d’un débat à venir en conseil municipal sur les rythmes scolaires, puis annonce que la décision municipale est déjà prise. Ce sera la semaine des 4 jours.
  • Permis de construire une église intégriste. Et le maire dit ne pas être au courant.
  • Reprise du projet de migration des crèches en zone inondable!
  • Absence de tous les élus de droite à la cérémonie des vœux de la Métropole.

Expression politique du groupe AIMEylan dans le journal Meylan Ma Ville, janvier 2018

Questions écrites des élus AIMEylan au conseil

Question sur la suppression des couloirs de bus (A. Jammes):
Pourquoi la commune a-t-elle pris début juillet une mesure unilatérale de suppression des couloirs de bus avant le bilan de l’expérimentation qui était prévu en septembre 2016 ?

Question sur le suivi scolaire de la commune (C. Batailh):
Pouvez nous nous donner un point d’information sur les chiffres concernant le nombre d’élèves et de classes sur la Commune et dans chaque école?
Il y a eu beaucoup de mouvements d’instituteurs/trices, et de directeurs. Comment les choses sont-elles stabilisées aujourd’hui ? Les nominations ont-elles données lieu à des prises de postes ?
Suite à l’absence d’un instituteur pendant deux mois l’an dernier, qu’avez vous fait ? Comment la commune s’organise-t-elle pour être informée et réagir quand il y a un dysfonctionnement?
La réforme scolaire des collèges, qui s’applique cette année, touche aussi les primaires. Nous avons deux délibérations signées avec l’Éducation Nationale ce 26 septembre. Le service rendu aux écoles par la commune est-il appelé à s’amplifier où à diminuer ?

Question sur l’anticipation des aménagements nécessaires à la commune (M.O. Novelli) :
Lors du dernier conseil je vous ai interrogé sur la prévision stratégique de la commune concernant les incidences du millier de logements (environ) construits, en cours de construction, ou prévus, en matière de circulation et de services (crèches, écoles notamment). Vos réponses et celles de vos adjoints ont été encourageantes, générales mais ne répondaient pas vraiment à la question qui nous préoccupe. C’est pourquoi je la repose ce soir, de façon recentrée : comment la commune anticipe l’évolution démographique de Meylan dans ses différents quartiers ?

– Tout d’abord, comment prend – elle en compte -en terme d’accueil scolaire et petite enfance- l’arrivée, à moyen terme, de ménages plus nombreux que prévus par l’étude de l’agence d’urbanisme de 2015 ?
Les hypothèses d’étude de l’ agence d’urbanisme (qui concluait à une faible incidence des constructions) sont de 615 logements entre 2015 et 2022 , et seulement de 266 logements entre 2017 et 2022 . Or, rien que sur l’ex-terrain PLM, 500 logements supplémentaires sont prévus; par ailleurs, une urbanisation est à prévoir également sur la partie constructible du terrain de la fac de pharmacie (en haut) . On est loin du chiffre annoncé. [Même si les nouveaux propriétaires privés ne sont pas nécessairement de jeunes parents (car les accédants attendent d’avoir les moyens d’acheter), on ne peut pas en dire autant du logement social , qui accueille des familles souvent plus jeunes, et c’est une bonne chose compte tenu du vieillissement de Meylan.. ]. Où les enfants des futurs habitants des logements prévus ou en cours (dans l’ensemble concentrés entre l’avenue du Vercors – Granier et l’avenue de Verdun) seront ils accueillis en crèche ? Où seront ils scolarisés ?
L’école maternelle et primaire est par nature une école de proximité. Pourrez vous le maintenir ? Les crèches Béalières Buclos Mi Plaine suffiront elles ?

– Par ailleurs , Meylan a une politique envers ses personnes âgées; mais qui ne prend pas en consécration l’évolution démographique par quartier. Or, tous ne sont pas adaptés à la diminution de la mobilité: aux bealières par exemple, il n’existe pas de foyers logements ou de logements adaptés pour les personnes âgées, – certaines personnes en font la demande. La commune -qui va supprimer des mini crèches aux Béalières – peut –elle imaginer la création de résidences sociales seniors ?

Création sorties/voyages scolaires – une politique d’ouverture sur le monde

Intervention de A. Alfonsi,
 conseillère municipale AIMEylan lors du débat d’orientation budgétaire du conseil municipal du 8 Février 2016

Nous devons nous assurer de construire l’avenir de nos enfants de manière juste, solidaire tout en soutenant une approche éducative et pédagogique.

Pour l’école, nous sommes favorables à un renforcement de l’engagement financier communal pour les sorties et voyages scolaires.

Elles permettent à tous les enfants de s’ouvrir au monde des sciences, de la culture, des arts, du sport. Elles leur permettent d’avoir une expérience de vie sociale en dehors de leur famille

L’École est un lieu d’apprentissage et aussi un lieu de socialisation permettant de développer les règles du Vivre ensemble. Aussi nous serions pour financer des expériences de médiation scolaire dans toutes les écoles. Aux Bealieres c’est un dispositif qui fonctionne très bien.

Les organisations de médiation soutiennent que l’apprentissage de la médiation par les jeunes générations permettrait une meilleure diffusion de ce mode de règlement des litiges et contribuerait à l’amélioration des relations sociales. Pour elles, il ne s’agit pas simplement de répondre aux problèmes immédiats, mais aussi de promouvoir un nouveau mode de résolution des conflits.

C’est une solution :

  • pour  responsabiliser les élèves afin d’ améliorer le climat scolaire,
  • pour renforcer le sens de la coopération
  • pour attenuer les tensions et la violence entre les élèves.

Apprendre à nos enfants à s’exprimer et échanger quand une situation leur échappe, les contrarie voire les rend agressifs est une chance incontestable.

————-

Évolution du périscolaire
Le DOB annonce une poursuite du soutien au fonctionnement des activités périscolaires. C’est plutôt vague, quelles sont concrètement les actions à encourager pour maintenir un périscolaire de qualité ?

Par exemple nous serions favorables à un travail plus collaboratif avec les associations et les clubs sportifs lors des temps d’activités périscolaires (TAP) du Jeudi après-midi notamment, y compris avec les implications financières que cela comporte

Les temps d’activités périscolaires (TAP) complètent le parcours éducatif, en développant la curiosité des enfants, en leur proposant des ateliers ludiques et de découverte.

C’est là où la richesse associative de notre ville a toute sa place. Alors pourquoi ne pas plus encourager cette démarche ?

Les Meylanais n’en ont pas fini avec le « système Tardy » !

Nous venons d’apprendre le renvoi devant le tribunal correctionnel de notre ancienne maire Mme Tardy pour prise illégale d’intérêt. L’instruction est close et le procès aura lieu au tribunal de Grenoble le 9 février prochain.
Selon la presse, elle est accusée d’être intervenue dans au moins trois opérations immobilières sur la commune pour favoriser le cabinet d’architectes de son mari.
Le code pénal prévoit jusqu’à 500 000 euros d’amende et 5 ans d’emprisonnement pour une prise illégale d’intérêt.
Nous attendons que justice soit rendue.

Nous dénonçons les élus qui pensent pouvoir s’affranchir du droit et de la démocratie. Nous dénonçons les élus qui confondent intérêt public et intérêts privés. Seule la transparence avec les citoyens et avec l’opposition permet d’éviter ces dérives.

Nous dénonçons les élus qui outrepassent les règles et nous exigeons:

  • Que la commune ne fasse plus appel aux entreprises des conjoints des élus en faisant fi des règles des marchés publics.
  • Que le nouveau maire régularise enfin sa situation sur la liste électorale et donne sa véritable adresse.
  • Que le conseil puisse savoir qui utilise les véhicules de la commune et en particulier qui utilisait l’ancienne voiture du maire…

Nous demandons plus de débats sur les décisions à prendre comme:

  • La fermeture des crèches (familiale, Buclos, Tamiers, Fauvettes) et la construction d’une méga crèche en zone inondable,
  • Un projet de résidence en lieu et place de la piscine des Ayguinards,
  • La mise en place d’une carte scolaire qui défavorise la mixité sociale,
  • Les critères d’attribution des subventions aux associations…

Quand tournons-nous la page ?

(expression politique d’AIMEylan dans le journal municipal décembre 2015)

Une carte scolaire simplifiée, oui mais différente de celle du prix du m2 à Meylan

CarteScolaire

La démarche de nouvelle carte scolaire est positive : un secteur par école devient trop compliqué à gérer. Une carte avec seulement deux grands secteurs sur Meylan, comprenant respectivement 2 et 3 groupes scolaires, devrait apporter plus de souplesse et diminuer les effets de seuil pour la suppression de classes. S’appuyer sur une étude confiée à l’Agence d’Urbanisme de la Région Grenobloise (AURG) est également une bonne chose de la part de la majorité.
Malheureusement quand on creuse un peu, on s’aperçoit que:
– Ni les enseignants, ni les parents d’élèves n’ont été informés de cette nouvelle carte,
– Les données transmises à l’AURG ont été biaisées de façon à obtenir le résultat souhaité.

La nouvelle carte (en U) regroupe d’une part Grand Pré et Béalières et d’autre part Maupertuis, Haut Meylan et Mi-Plaine.

Nous avons fait une proposition alternative. Deux écoles risquent d’être chargées dans l’avenir : Béalières par les constructions du nord de Inovallée et Grand Pré par les constructions prévues sur le site PLM (Paul Louis Merlin – Schneider). Elles ne doivent donc pas être dans le même secteur scolaire et les zones de constructions doivent être au centre de secteur plutôt qu’à la périphérie : Grand Pré/Mi-Plaine pour PLM, Béalières/Maupertuis pour Inovallée. Cela évitera à des enfants habitant en face de l’école des Béalières de devoir aller jusqu’à Maupertuis selon la carte en U proposée. Le Haut Meylan pouvant être rattaché à Mi-Plaine, consolidant ainsi de nombreuses dérogations actuelles.

Notre proposition s’appuie aussi sur une meilleure mixité sociale alors que la carte de la majorité regroupe les deux écoles/quartiers avec le plus de logements sociaux dans le même secteur. Nous dénonçons ce genre de dérive qui détruit peu à peu le sentiment d’intégration et de solidarité sociale.

Le document de l’AURG est par ailleurs discutable : il ne mentionne pas les constructions en cours sur la zone de Maupertuis. C’est donc un document inexact, annexé à la délibération, qu’on a demandé de voter aux conseillers municipaux, ce qui peut conduire à sa nullité juridique.

projetAURG
En revanche, 150 logements sont prévus sur le site de la piscine des Ayguinards et 50 sur celui du gymnase de la Revirée ! Pour rappel, la majorité avait proposé au référendum en 2010 la construction d’une zone sportive et une crèche avec ou sans piscine sur ce site. Bien que les Meylanais avaient choisi la proposition avec piscine, ils n’auront ni l’un ni l’autre mais une résidence de 150 logements à la place de la piscine dans le quartier le plus dense de la ville. Explications très gênées des adjoints qui n’avaient pas lu l’étude,ni vu cette carte !

Nous avons voté contre la carte scolaire proposée.

(délibération 1 du conseil municipal du lundi 16 novembre 2015)