Question sur l’avenir de PLM?

Est-il normal que le lancement de la procédure de changement de zonage de la parcelle dite « PLM » se fasse à la Métropole (cf délibération jointe) sans aucune discussion au conseil municipal, ni même en commission d’urbanisme de Meylan?

PLM1 PLM2

Réponse en conseil: Oui, c’est normal!

Quel mépris dans cette réponse qui nous en dit long sur la majorité qui refuse toute discussion et mêm l’information au conseil municipal!
Depuis le conseil du 21 mars, une commission urbanisme spéciale dédiée au projet a été organisée le vendredi 25 mars.

Une vie démocratique communale; le travail sur les projets structurants

Intervention de A. Jammes,
 conseiller municipal AIMEylan lors du débat d’orientation budgétaire du conseil municipal du 8 Février 2016

En début d’année, vous avez lancé une large concertation baptisée « projet de vie pour une ville durable ». Ce projet était destiné à définir les priorités d’actions de la commune pour les prochaines années. Le livrable de cette démarche devait être le Débat d’Orientations Budgétaires.

Cette démarche, conduite avec beaucoup d’énergie et de conviction par Mme Hours, a fait un flop total.

D’une part dans son déroulement avec une très faible participation dans les ateliers, non représentative de ceux qui vivent et travaillent sur notre commune. Face à ce constat, vous avez lancé une enquête auprès de la population (là encore, les personnes qui travaillent sur notre commune, participent à la vie de notre commune, utilisent nos équipements…ont été oubliés).

Dans cette enquête, les meylanais ont affirmé leurs priorités, avec quatre axes principaux :

  • Les services pour la petite enfance (crèches)
  • Les services d’aides pour les personnes âgées
  • La sécurité des biens et des personnes
  • Les services pour le scolaire et périscolaire

Et plus précisément, trois services devaient être développés au niveau des quartiers :

  • Une crèche
  • Des commerces de proximité
  • Une école maternelle ou primaire.

C’est également un flop sur le fond : c’est quasiment le même jour où vous annonciez les résultats de cette enquête que vous décidiez de regrouper trois crèches en un point unique.

A quoi cela sert de mener une concertation, avec des coûts non négligeables et un investissement en temps de citoyens, si c’est pour prendre une décision contraire aux souhaits des Meylanais ?

Plus globalement, cette démarche de concertation était l’occasion de réfléchir collectivement à l’évolution des équipements de quartier. Occasion ratée !

Le seul domaine où vous donnez la priorité est la sécurité des biens et des personnes ; quid des services aux personnes âgées, aux services pour le scolaire et le péri-scolaire ? Quid des équipements sportifs et culturels ?

Nous reviendrons sur ces sujets un peu plus tard.

C’est enfin un flop sur les objectifs de cette concertation. Cette démarche devait aboutir à des orientations pour les prochaines années, et donc à une élaboration débattue d’un Plan Pluriannuel d’Investissement. Près d’une année de travail et aucune vision sur les investissements de notre commune pour les prochaines années…

Seul le Contrat de Performances Energétique (CPE) est cadré sur plusieurs années. Mais quid des investissements à prévoir pour la rénovation de bâtiments communaux comme les gymnases… pour nous, une rénovation de gymnase par mandat est un rythme minimum pour maintenir notre patrimoine en état. C’est contraints et forcés par l’incendie dramatique du gymnase des Buclos que vous allez être contraints de rénover ce gymnase. Quid des autres bâtiments communaux (écoles, piscine, stades, mairie…) ? Vous n’anticipez pas, vous subissez les événements…

Projet urbain « Malacher nord »

 

Verbatim de l’intervention d’Antoine Jammes au conseil municipal du 14 décembre sur le projet urbain « Malacher nord »

La délibération qui nous est proposée ce soir concrétise la fin de la concertation engagée il y a plus d’un an.

Lors de la réunion publique du 1er avril 2015 qui a clot cette phase, j’étais intervenu sur 5 points :

  • la nécessité d’un bilan sur l’organisation de cette concertation, mais ce n’est pas l’objet ici
  • la faible présence de la Métro et du SMTC sur ce dossier qui les concerne pourtant
  • le manque de réflexion sur la connexion avec le quartier des Béalières
  • des inquiétudes de plusieurs participants sur une perte possible du caractère particulier de ce secteur avec de nombreux arbres, une véritable bio-diversité…
  • enfin, le manque de vision d’ensemble d’aménagement de ce quartier, point soulevé à de nombreuses reprises par l’ensemble des participants

Ce dernier point a été entendu par Mme Chaza Hanna, puisqu’un BE a été missionné pour présenter une vision d’ensemble de ce quartier en intégrant d’une part la liaison à valoriser entre la place des Tuileaux et Malacher Nord, et d’autre part la nécessité de réfléchir à un TCSP sur l’avenue du Granier.

En septembre, une présentation de ce travail a été faite au groupe de projet. Des améliorations ont été apportées entre cette réunion et la présentation en réunion publique le 3 décembre.

La restructuration de l’avenue du Granier avec l’intégration d’un TCSP et ses conséquences en matière de cheminements piétons et cycles et du stationnement sont une excellente évolution.
Nous espérons que le travail partenarial avec la Métro et le SMTC va aboutir.

En conclusion, nous sommes très satisfaits de l’évolution de ce projet, avec une bonne prise en compte des idées issues de la concertation menée par Chaza Hanna.

Deux points nécessitent de prolonger la concertation sur ce projet avec les habitants : un meilleur traitement du lien avec le quartier des Béalières et l’aménagement des places publiques ; beaucoup de choses se jouent dans les détails, et l’avis des habitants pourra être un plus. Une telle démarche serait d’ailleurs à reprendre sur les futurs projets qui se précisent, à savoir le site de Schneider Electric M4 Sur Inovallée, celui des Buclos et enfin celui de PLM.

Nous voterons donc cette première délibération qui concrétise le démarrage réel de l’aménagement de ce secteur clé de notre commune.

Du respect pour l’opposition municipale

Voici en avant-première l’expression politique que nous publierons dans le journal municipal de décembre

Mme Tardy et son équipe ont décidément du mal à respecter l’opposition municipale…

  • Meylan ma ville n°111 page 18 : notre expression politique sur la tarification sociale a été modifiée la rendant incompréhensible et, plus grave, en nous faisant dire le contraire de ce que nous avions écrit. Coquille à l’impression ?
  • Meylan ma ville n°111 page 17 : Madame Tardy remet en question bien-fondé démocratique de l’élection de Philippe Cardin comme conseiller communautaire à la Métro, alors qu’il s’agit là de la stricte application de la loi.
  • Conseil municipal de juin : Mme Tardy fait voter le règlement intérieur du conseil municipal, règlement qui n’a jamais été discuté avec les conseillers de l’opposition. Inacceptable. Mme Tardy finit par s’engager dans un courrier le 18 août à rediscuter ce règlement. Depuis…rien.

Au conseil municipal, nos commentaires et/ou questions sont souvent tournés en dérision, ne permettant pas un débat de fond. Que penser alors de la démarche proposée aux Meylanais pour travailler à l’élaboration d’une charte de la concertation alors que les conseillers minoritaires, pourtant élus démocratiquement, ne sont pas respectés?

Il en va de même pour les Meylanais, mis trop souvent devant le fait accompli sur des sujets d’importance  comme :

  • la restructuration urbaine d’Inovallée qui conditionne la vie future de ce quartier,
  • la fermeture de la Maison de l’Initiative et de l’Emploi (MIE), sans recherche de solution intermédiaire, qui affaiblit le soutien local aux chercheurs d’emploi,
  • la baisse de 10% de la subvention à l’Hexagone qui met en danger le devenir de notre scène nationale Arts et Sciences

Pour que les projets porté par la commune soient anticipés, cohérents, en phase avec les attentes et les besoins des habitants, pour qu’ils s’inscrivent dans une logique d’agglomération, des débats publics de fond doivent se tenir lors des conseils municipaux. Il est temps de dépasser ces diatribes incessantes qui rendent la Metro, le Conseil Général, la Région et même l’État responsables de toutes les difficultés et de travailler et d’agir dans le sens de l’intérêt général.