Réunion publique AIMEylan sur les projets culturel et sportif métropolitains

La métropole grenobloise met en place un projet culturel et sportif pour notre agglomération. Nous invitons Elisabeth Legrand (maire adjointe aux sports de la ville d’Echirolles,  conseillère métropolitaine) et Francie Mégevand (maire d’Eybens, conseillère métropolitaine) à venir nous les présenter et participer à un échange/débat sur les sujets métropolitains.
Cette réunion publique AIMEylan aura lieu le mardi 8 novembre 2016 à 20h30 à la salle audio visuelle des Ayguinards. Vous êtes cordialement invités.

La politique culturelle

Intervention de C. Batailh,
 conseillère municipal AIMEylan lors du débat d’orientation budgétaire du conseil municipal du 8 Février 2016

Une citation de Friedrich Nietzsche : « La culture c’est avant tout une unité de style qui se manifeste dans toutes les activités d’une nation », je propose de changer le dernier mot afin d’appliquer cette citation à notre situation : « La culture c’est avant tout une unité de style qui se manifeste dans toutes les activités d’une commune ».

Le Débat d’Orientation Budgétaire doit aussi être l’occasion de définir la politique culturelle de notre ville.

Nous déplorons encore une fois le manque de volonté politique pour la culture à Meylan. Un groupe de réflexion, en vue d’élaborer un document concret précisant la politique culturelle et les orientations de la Ville de Meylan, avait été évoqué ici même lors d’un Conseil Municipal l’an dernier…  rien n’a bougé depuis.

Les acteurs de la culture ont besoin de savoir quel sera le soutien de la commune.

L’Hexagone est mis chaque année dans une situation difficile pour boucler son budget. Salle au rayonnement national et largement métropolitain, elle contribue au rayonnement de notre ville. La Commune de Meylan souhaite-t-elle accompagner l’Hexagone et profiter des retombées culturelles, oui ou non ? Deux options sont possibles :

-Soit la Métro prend en charge l’Hexagone, mais alors que fait Meylan? Pensons nous que la commune doit se désengager totalement ? Quels liens nouveaux seront tissés avec l’Hexagone ?

-Soit la métro ne prend pas en charge l’Hexagone, reste la question : Que fait Meylan ? Le DOB est là pour donner les priorités, est-ce que l’Hexagone est une priorité de Meylan ?

Le CRC a développé des collaborations avec d’autres écoles de musique. Cet effort de mutualisation est intéressant. Doit-il se poursuivre ? jusqu’ou ? Quels en sont les implications pédagogiques, culturelles et financières ?

Une volonté d’ouverture du CRC a été affichée à laquelle nous étions favorables. Quelles en sont les résultats ? Comment faire évoluer la structure pour permettre à plus de jeunes de la commune de découvrir la musique plaisir ? Comment permettre à la maison de la musique d’optimiser ses locaux et d’être un lieu de vie et d’animation pendant les petites vacances et jusqu’au 14 juillet ?

Pour ce qui est de la programmation des concerts à la Maison de la Musique, après une baisse l’an dernier, on a retrouvé une certaine ambition dans la programmation. Nous nous en réjouissons. Il y a ainsi, par exemple, une réalité de la musique actuelle à Meylan, et un public. La mairie pourrait témoigner, dans son DOB, de la volonté d’accompagner cet élan.

Une programmation culturelle communale pourrait être un lieu de découverte. Doit-on soutenir plus en avant les festivals existant en essayant une plus grande ouverture au Meylanais et en particulier aux jeunes ? Doit-on mettre en place un évènement jeune culturel ? Ces pistes devraient être bien plus réfléchies avec les Meylanais qu’elles ne le sont aujourd’hui.

Intervention sur les comptes administratifs 2014

Le vote du CA est geste technique qui permet de clôturer les comptes de la commune pour l’année 2014. Le conseil est chargé de vérifier si les dépenses et les recettes sont bien conformes au budget primitif (BP). Il faut rappeler ici que l’opposition du mandat précédent avait voté contre ce budget primitif 2014.

Les comptes administratifs 2014 de la commune sont positifs et finalement assez éloigné du budget primitif (Est-ce l’effet année électorale?). Nous nous en réjouissons car il y a bien longtemps que la commune n’avait pas connu un si bon exercice, avec plus de 4M€ de d’épargne sur le fonctionnement, soit 13,5% du budget de fonctionnement. Il faut remonter aux années Boucherle pour trouver mieux qui, de 96 à 99, présentaient des autofinancements bruts supérieurs à 14%. C’est une très bonne orientation, que nous devons préserver vu l’endettement élevé de notre ville (1257 euros/hab). Orientation qu’il faut garder car aujourd’hui, c’est plutôt une politique en dent de scie que nous vivons ces dernières années (rappelons-nous qu’il y a deux ans, l’autofinancement nette était prévu à 35 000 euros !). Notre commune a besoin d’objectifs longs termes clairs qui permettent à tous les acteurs de se positionner.

Les recettes de fonctionnement ont augmenté de près de 1M€ pour atteindre 32M€, principalement avec l’inscription d’un produit exceptionnel de 1M€, transfert d’une parcelle d’inovallée du budget ville au budget annexe inovallée, qui va assurer le portage de l’opération. C’est une transaction que nous avons voté de trop nombreuses fois ces dernières années… qui ont sérieusement obscurci cette opération pour l’ensemble des membres de ce conseil ? Un bilan de ce dossier est nécessaire à ce stade. C’est plutôt positif de voir nos recettes à la hausse quand le nombre d’habitant se remet à croitre et que des compétences sont transférées à la Métro. La commune devrait retrouver des marges de manœuvre. A ce titre, je voudrais souligner qu’un quart des recettes de la ville proviennent d’une subvention de la Métro, caché dans la présentation sous le vocable « impôt et taxe » à 23 M€. Il s’agit en fait de l’apport de la Métro à 8M€, les impôts locaux à 14M€ et les droits de mutation à hauteur de 1M€ (ces derniers en baisse -10%). L’importance des impôts locaux peuvent être mesuré par l’effort fiscal qui est à Meylan de 97%, en comparant la mobilisation de notre potentiel fiscal à celui des communes de notre strate. Notons aussi la baisse de la dotation de l’Etat de 200 k€, complètement compensé par les hausses de la tarification municipale qui passe de 1 à 1,2 M€, soit une hausse de 200k€. C’est un choix disproportionné que nous avons déjà commenté lors du BP 2015, une critique qui se trouve totalement justifiée par ces comptes administratifs.
Les dépenses de fonctionnement soulignent une stabilisation de la masse salariale et une baisse des charges à caractère général. Ces efforts doivent être soulignés. Ils nécessitent une rigueur. Toutefois, nous voudrions attirer l’attention sur 2 points particuliers :
– Le déploiement du service périscolaire s’est fait à masse salariale constante. C’est très bien mais c’est en contradiction flagrante avec les discours politiques entendus au conseil sur le surcout de la réforme des rythmes scolaires.
– Les efforts de rigueur sont-ils bien des efforts de gestion ou des reports de maintenance ? Pour pouvoir l’apprécier d’un point de vue comptable, il nous faut attendre quelques années, mais c’est généralement trop tard pour le matériel non maintenu, alors attention.
Enfin, nous voudrions souligner les économies d’énergie réalisées. C’est un retour direct sur les investissements. Nous le soulignons car les investissements communaux pour la transition énergétiques sont insuffisants à nos yeux malgré le retour rapide sur investissement que nous constatons dès aujourd’hui.

Nous sommes beaucoup plus critiques sur les comptes des investissements. Dans les recettes, les subventions d’investissement ont été divisées par 2… et encore s’agit-il du solde d’anciennes opérations (financement d’état pour la bibliothèque des Béalières et de la maison de la musique). Pourquoi ? Juste parce que pour obtenir des aides de nos partenaires, il faut leur présenter des projets… et nous n’en avions pas. Nos élus majoritaires avaient-ils la tête à autre chose ?
Ca se mesure clairement dans la case « Excédent et report » qui s’élève à 3,2M€ cette année contre 1,7 l’année précédente!
Côté dépenses d’investissements… la plus forte dépense que vous nous annoncez, c’est la rénovation de la halte-garderie des Ayguinards, 69181€… C’est pour dire ! C’est presque de la maintenance de cette halte-garderie… une rénovation s’impose une fois tous les 20ans… et 70k€ comme projet phare c’est un peu juste non ? Eh oui, ce qu’il manque, c’est le million d’euros qui était prévu en 2014 à la réalisation de la piscine d’été. Madame la maire, après avoir discuté avec la population pendant des années, les avoir fait voté, avoir organisé un concours d’architecture, ouvert un appel d’offres aux entreprises, sélectionnés des entreprises (8 lots ?), évalué le coût à l’euro près, vous n’avez pas envoyé les attributions de marché aux entreprises… C’est un mauvais choix, un mépris de la parole donnée, surtout que les finances publiques le permettaient… la preuve en est faite aujourd’hui.
Les investissements, c’est avant tout de l’activité pour les entreprises locales. Elles en ont besoin. C’est satisfaire les besoins de nos concitoyens et la piscine, c’était satisfaire un besoin exprimé et concerté de loisir local pendant la période estivale.
Nous avons aussi une école des Buclos en déshérence…
Ce qui nous inquiètent, ce que le BP 2015 investissement est fait du même bois. Rien d’annoncé sur les gros dossiers de la commune, rien sur l’école des Buclos au BP, rien de nouveau sur la transition énergétique au BP. Ce n’est pas raisonnable. Un BP entièrement consacré au remboursement de la dette. Il est possible d’être plus mesuré ; bien fonctionner, maintenir la solidarité et investir.

Finalement, ces comptes administratifs montrent que vous avez de la latitude. Il est faux de dire que vous êtes totalement contraints budgétairement. Vos choix sont politiques. Votre choix de ne pas rénover la piscine des Ayguinards était politique, celui de fermer la crèche familiale l’est tout autant, celui d’augmenter la tarification de 15% est politique, celui de ne pas augmenter l’effet de la tarification sociale tout autant. Le choix de ne pas rénover le gymnase des ayguinards est politique, rendre payant l’adhésion aux bibliothèques… politique, la baisse de subventions aux associations, politique, celui de baisser l’aide à Horizons, un choix politique, celui de baisser la subvention à l’Hexagone tout autant… A bas les masques, pourquoi se cacher derrière une baisse de budget contraint par les autres, l’Etat et la Métro, dites plutôt ce que vous voulez faire, quels sont vos projets et ce que ca implique pour les habitants et les associations… dites la vérité plutôt que d’endormir les gens dans des concertations alibi alors que tout est décidé.
Toutefois, il reste quelques points obscurs dont nous demandons depuis 10 jours des explications. J’avais même demandé un rendez-vous début mai avec la directrice financière de la commune, rendez-vous qui m’a été refusé.

Nous ne voterons pas sans obtenir des réponses à ces questions.
1. La baisse de subvention effective du CCAS, une baisse de 130 k€ qui serait le fruit d’une meilleure gestion. Nous n’avons reçu aucun élément qui justifie une telle baisse. C’est d’autant plus fort que les années précédente, le budget prévisionnel était réalisé à l’€ près. C’est d’autant plus fort qu’au BP 2015, la subvention est resté à la hauteur de 750k€, seule subvention sociale à ne pas avoir baissé sur la commune… mais dans les faits, le réalisé est très loin du prévisionnel avec 130 k€ de moins. Qu’est-ce que cela veut dire ?
2. Nous avons demandé par écrit la liste des cabinets d’avocats travaillant pour la commune, nous ne l’avons pas obtenu. Est-ce si difficile que cela que de nous transmettre les documents demandés ? C’est aussi une demande de M. Bernard, elle aussi restée sans réponse.
3. Nous avons aussi demandé si des entreprises reliées directement à des élus ou à leur famille proche travaillent pour la commune. On nous a dit qu’on ne pouvait pas répondre à nos questions. Posons-là donc directement entre nous. La parole des élus nous suffit. C’est une question de transparence.
4. La « voiture du maire » qui a été vendue en novembre dernier après avoir parcouru plus de 60 000 km. Il s’agit de fait d’une voiture de service Renault Laguna III estate dCi. Précisons la différence avec une voiture de fonction pour notre assemblée, c’est qu’une voiture de fonction doit être déclarée par le bénéficiaire comme un avantage en nature (soit en l’occurrence, 60000 km au barème fiscale de ~0,60€/km en gros, soit ~36000 euros). On ne dispose d’aucun élément pour savoir à quoi a pu être utilisée cette voiture ? Aucune pièce administrative (coupon d’autoroutes, facture de carburants, amendes, ordre de mission, frais de remboursement,…). Rien. Comment cela est-il possible ? Tout déplacement en dehors de la résidence administrative (commune de Meylan) devrait se faire avec un ordre de mission, pour au moins couvrir les occupants du véhicule. Comment a-t-on pu faire 60000 km dans Meylan ? Oui, qui a bénéficié de ces 36000 euros d’argent public ? C’est la question que nous posons depuis des mois sans aucune réponse. Que cela cache-t-il enfin ?

Intervention au conseil municipal du 22 juin 2015 de Philippe Cardin au nom du groupe AIMEylan.

Du respect pour l’opposition municipale

Voici en avant-première l’expression politique que nous publierons dans le journal municipal de décembre

Mme Tardy et son équipe ont décidément du mal à respecter l’opposition municipale…

  • Meylan ma ville n°111 page 18 : notre expression politique sur la tarification sociale a été modifiée la rendant incompréhensible et, plus grave, en nous faisant dire le contraire de ce que nous avions écrit. Coquille à l’impression ?
  • Meylan ma ville n°111 page 17 : Madame Tardy remet en question bien-fondé démocratique de l’élection de Philippe Cardin comme conseiller communautaire à la Métro, alors qu’il s’agit là de la stricte application de la loi.
  • Conseil municipal de juin : Mme Tardy fait voter le règlement intérieur du conseil municipal, règlement qui n’a jamais été discuté avec les conseillers de l’opposition. Inacceptable. Mme Tardy finit par s’engager dans un courrier le 18 août à rediscuter ce règlement. Depuis…rien.

Au conseil municipal, nos commentaires et/ou questions sont souvent tournés en dérision, ne permettant pas un débat de fond. Que penser alors de la démarche proposée aux Meylanais pour travailler à l’élaboration d’une charte de la concertation alors que les conseillers minoritaires, pourtant élus démocratiquement, ne sont pas respectés?

Il en va de même pour les Meylanais, mis trop souvent devant le fait accompli sur des sujets d’importance  comme :

  • la restructuration urbaine d’Inovallée qui conditionne la vie future de ce quartier,
  • la fermeture de la Maison de l’Initiative et de l’Emploi (MIE), sans recherche de solution intermédiaire, qui affaiblit le soutien local aux chercheurs d’emploi,
  • la baisse de 10% de la subvention à l’Hexagone qui met en danger le devenir de notre scène nationale Arts et Sciences

Pour que les projets porté par la commune soient anticipés, cohérents, en phase avec les attentes et les besoins des habitants, pour qu’ils s’inscrivent dans une logique d’agglomération, des débats publics de fond doivent se tenir lors des conseils municipaux. Il est temps de dépasser ces diatribes incessantes qui rendent la Metro, le Conseil Général, la Région et même l’État responsables de toutes les difficultés et de travailler et d’agir dans le sens de l’intérêt général.