Retour sur le conseil du 19 novembre 2018

Veuillez retrouver notre Lettre information AIMEylan n°43 qui revient sur le conseil muncipal du 19 novembre 2018, et en particulier sur les points:

  • Le débat d’orientation budgétaire
  • Dissolution du syndicat intercommunal SIEST
  • Un budget au CCAS en dépassement
  • Transfert de la compétence Emploi-Insertion à la Métro
  • Une étude sur le scolaire pour des prunes ?
  • Une étude sur le coeur de ville

Quelle politique jeunesse à Meylan ?

Intervention de C. Refour,
 conseillère municipale AIMEylan lors du débat d’orientation budgétaire (DOB) du conseil municipal du 8 Février 2016

Que propose le DOB aux 15/24 ans pour l’année à venir ?  « poursuite des actions en direction de la jeunesse ». C’est un peu court, un peu creux et plutôt irresponsable pour une commune comme Meylan qui désinvestit année après année  le champ de la politique jeunesse. Alors que nous constatons chaque jour les effets des difficultés économiques, de l’instabilité sociale de la perte de repères comment est-il possible de ne pas porter une attention toute particulière à notre jeunesse ?

Et ne ramenons pas le débat sur la question des moyens car il suffit de chercher un peu autour de Meylan pour voir que bcp de communes ont une vraie vision pour leur jeunesse.

Quel est l’intérêt d’un politique jeunesse cohérente et durable?

  • reconnaitre la place des jeunes place ds la ville
  • les accompagner dans leur désir d’autonomie
  • es accompagner ds leur éducation (beaucoup de familles monoparentales à Meylan, certaines en grande difficultés)
  • en faire des citoyens par un apprentissage constant des règles de la République (ou on pourrait revenir sur la mission de prévention de la police municipale !)
  • les accompagner ds leur parcours d’insertion (20% des 15/24 ans Meylanais sont au chômage)
  • prévenir le décrochage scolaire (abandon en fin de 2de…)

Que peut-on faire à Meylan ? Quelques idées :

  • Espace d’aide à la parentalité qui concerne aussi les parents des + de 15 ans
  • Accompagnement scolaire à intensifier au collège (aide aux devoirs du soir/ convention avec les collèges, le lycée / animatreurs du périscolaire ?)
  • Repérage via les associations de loisirs des jeunes qui se désocialisent
  • Repérage via l’élu au lycée du décrochage scolaire
  • un accès privilégié à l’œuvre culturel dans le prolongement du chéquier jeune isérois. Un accès gratuit aux bibliothèques sur les oeuvres des plus de 12 ans.

une visibilité et d’un engagement de la mairie qui pourrait passer par :

  • Cérémonie de la citoyenneté à 18 ans avec remise de la carte électorale
  • Formation aux 1ers secours proposée  par la commune
  • ne com plus efficace sur les chantiers jeunes (encore faudrait-il en financer?) et les dispositifs tels que les services civiques
  • Une meilleure visibilité de la mission locale
  • Des rappels à la loi par le maire en cas de besoin et des TIG encadrés par les agents volontaires
  • La participation active des agents de la police municipale dans ce dispositif de prévention

Comment?

En menant une politique de prévention volontaire dont l’outil indispensable est l’éducateur, pas un animateur, pas un médiateur, mais un professionnel du dialogue et de la jeunesse, il est le maillon qui manque. Meylan doit faire le pari de la socialisation de tous ses jeunes et doit s’en donner les moyens.

———————–

Une politique de soutien aux associations
Le DOB dit « poursuite de la réflexion… ». Quelle réflexion poursuit-on? En a t-on commencé une? Comment se fait-il qu’en cette année de transition avec la Métro la commune n’en profite pas pour élaborer des projets et surtout une remise à plat des critères d’attributions des subventions aux asso. Les meylanais doivent savoir pourquoi telle asso a tant et telle autre + ou- . les asso doivent savoir sur quels critères leur sub est versée, la commune doit communiquer sur des critères clairs et transparents

Comme par exemple :

  • Une grille de tarification sociale pour les adhésions
  • Des créneaux et cours en loisirs obligatoires (des fois réduits à peau de chagrin au détriment des groupes de compét)
  • Des inscriptions au trimestre ou au mois, en cours d’année pour des publics en lien avec le CCAS
  • Des places réservées pour des publics fragiles

[Analyse des Besoins Sociaux (ABS) p21 : nous devons nous questionner sur le coût des activités extrascolaires pour les familles monoparentales ou nombreuses.  ABS p44 : il y a à Meylan un certain nombre de familles démunies dont les situations peuvent être occultées par les caractéristiques de la population meylanaise (fort niveau d’educ, niveau de vie vie confortable…)]

L’ABS, le projet de vie, la métropolisation des compétences, que faut-il de plus pour que la commune prenne enfin à bras le corps ce dossier des subventions ?