Appel à la responsabilité de l’ex-majorité municipale meylanaise

Communiqué de presse 15 avril 2017

 

La commune de Meylan connaît une situation de blocage sans précédent avec une scission de la majorité qui a conduit au rejet du budget.

Nous appelons donc le maire et les élus de sa majorité et ex-majorité à prendre leurs responsabilités :

Vis-à-vis des agents communaux, en réunissant le CHSCT Comité d’Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail pour clarifier la ligne directrice actuelle de la politique à Meylan afin de respecter le personnel communal qui ne peut travailler dans une telle situation de blocage des instances et des décisions.

Vis-à-vis des associations qui ont vu leurs subventions gelées suite au rejet du budget. Les associations, poumons de la vie communale, peuvent aujourd’hui se retrouver en cessation de paiement ou contraintes à emprunter par manque de trésorerie. Le maire doit réunir un conseil municipal extraordinaire dès que la mise sous tutelle de la préfecture sera effective afin de pouvoir voter les subventions aux associations.

Et enfin bien évidemment vis-à-vis des Meylanais qui sont pris en otage au milieu de cette guerre fratricide.  Alors qu’il est essentiel d’avoir des débats sociétaux, environnementaux sur l’urbanisation de la ville on parle de politique sans en faire. L’exécutif n’est plus à même d’agir pour défendre les intérêts économiques et stratégiques permettant de préserver les emplois dans la ville.

Aujourd’hui les élus d’Aimeylan souhaitent que la commune puisse fonctionner et cesse d’être salie par une image politique déplorable où à mi-mandat le bilan est celui d’une maire condamnée à qui succède un maire aujourd’hui désavoué par sa majorité.

Afin de clore cet épisode au plus vite, nous appelons à la démission des conseillers municipaux sans délai et à l’organisation d’élections. C’est le moyen de replacer l’intérêt communal au-dessus des luttes personnelles et politiciennes.

 

Les élus d’AIMEylan

Rassemblement citoyen communal de gauche, écologiste et du centre.

Création sorties/voyages scolaires – une politique d’ouverture sur le monde

Intervention de A. Alfonsi,
 conseillère municipale AIMEylan lors du débat d’orientation budgétaire du conseil municipal du 8 Février 2016

Nous devons nous assurer de construire l’avenir de nos enfants de manière juste, solidaire tout en soutenant une approche éducative et pédagogique.

Pour l’école, nous sommes favorables à un renforcement de l’engagement financier communal pour les sorties et voyages scolaires.

Elles permettent à tous les enfants de s’ouvrir au monde des sciences, de la culture, des arts, du sport. Elles leur permettent d’avoir une expérience de vie sociale en dehors de leur famille

L’École est un lieu d’apprentissage et aussi un lieu de socialisation permettant de développer les règles du Vivre ensemble. Aussi nous serions pour financer des expériences de médiation scolaire dans toutes les écoles. Aux Bealieres c’est un dispositif qui fonctionne très bien.

Les organisations de médiation soutiennent que l’apprentissage de la médiation par les jeunes générations permettrait une meilleure diffusion de ce mode de règlement des litiges et contribuerait à l’amélioration des relations sociales. Pour elles, il ne s’agit pas simplement de répondre aux problèmes immédiats, mais aussi de promouvoir un nouveau mode de résolution des conflits.

C’est une solution :

  • pour  responsabiliser les élèves afin d’ améliorer le climat scolaire,
  • pour renforcer le sens de la coopération
  • pour attenuer les tensions et la violence entre les élèves.

Apprendre à nos enfants à s’exprimer et échanger quand une situation leur échappe, les contrarie voire les rend agressifs est une chance incontestable.

————-

Évolution du périscolaire
Le DOB annonce une poursuite du soutien au fonctionnement des activités périscolaires. C’est plutôt vague, quelles sont concrètement les actions à encourager pour maintenir un périscolaire de qualité ?

Par exemple nous serions favorables à un travail plus collaboratif avec les associations et les clubs sportifs lors des temps d’activités périscolaires (TAP) du Jeudi après-midi notamment, y compris avec les implications financières que cela comporte

Les temps d’activités périscolaires (TAP) complètent le parcours éducatif, en développant la curiosité des enfants, en leur proposant des ateliers ludiques et de découverte.

C’est là où la richesse associative de notre ville a toute sa place. Alors pourquoi ne pas plus encourager cette démarche ?

Quelle politique jeunesse à Meylan ?

Intervention de C. Refour,
 conseillère municipale AIMEylan lors du débat d’orientation budgétaire (DOB) du conseil municipal du 8 Février 2016

Que propose le DOB aux 15/24 ans pour l’année à venir ?  « poursuite des actions en direction de la jeunesse ». C’est un peu court, un peu creux et plutôt irresponsable pour une commune comme Meylan qui désinvestit année après année  le champ de la politique jeunesse. Alors que nous constatons chaque jour les effets des difficultés économiques, de l’instabilité sociale de la perte de repères comment est-il possible de ne pas porter une attention toute particulière à notre jeunesse ?

Et ne ramenons pas le débat sur la question des moyens car il suffit de chercher un peu autour de Meylan pour voir que bcp de communes ont une vraie vision pour leur jeunesse.

Quel est l’intérêt d’un politique jeunesse cohérente et durable?

  • reconnaitre la place des jeunes place ds la ville
  • les accompagner dans leur désir d’autonomie
  • es accompagner ds leur éducation (beaucoup de familles monoparentales à Meylan, certaines en grande difficultés)
  • en faire des citoyens par un apprentissage constant des règles de la République (ou on pourrait revenir sur la mission de prévention de la police municipale !)
  • les accompagner ds leur parcours d’insertion (20% des 15/24 ans Meylanais sont au chômage)
  • prévenir le décrochage scolaire (abandon en fin de 2de…)

Que peut-on faire à Meylan ? Quelques idées :

  • Espace d’aide à la parentalité qui concerne aussi les parents des + de 15 ans
  • Accompagnement scolaire à intensifier au collège (aide aux devoirs du soir/ convention avec les collèges, le lycée / animatreurs du périscolaire ?)
  • Repérage via les associations de loisirs des jeunes qui se désocialisent
  • Repérage via l’élu au lycée du décrochage scolaire
  • un accès privilégié à l’œuvre culturel dans le prolongement du chéquier jeune isérois. Un accès gratuit aux bibliothèques sur les oeuvres des plus de 12 ans.

une visibilité et d’un engagement de la mairie qui pourrait passer par :

  • Cérémonie de la citoyenneté à 18 ans avec remise de la carte électorale
  • Formation aux 1ers secours proposée  par la commune
  • ne com plus efficace sur les chantiers jeunes (encore faudrait-il en financer?) et les dispositifs tels que les services civiques
  • Une meilleure visibilité de la mission locale
  • Des rappels à la loi par le maire en cas de besoin et des TIG encadrés par les agents volontaires
  • La participation active des agents de la police municipale dans ce dispositif de prévention

Comment?

En menant une politique de prévention volontaire dont l’outil indispensable est l’éducateur, pas un animateur, pas un médiateur, mais un professionnel du dialogue et de la jeunesse, il est le maillon qui manque. Meylan doit faire le pari de la socialisation de tous ses jeunes et doit s’en donner les moyens.

———————–

Une politique de soutien aux associations
Le DOB dit « poursuite de la réflexion… ». Quelle réflexion poursuit-on? En a t-on commencé une? Comment se fait-il qu’en cette année de transition avec la Métro la commune n’en profite pas pour élaborer des projets et surtout une remise à plat des critères d’attributions des subventions aux asso. Les meylanais doivent savoir pourquoi telle asso a tant et telle autre + ou- . les asso doivent savoir sur quels critères leur sub est versée, la commune doit communiquer sur des critères clairs et transparents

Comme par exemple :

  • Une grille de tarification sociale pour les adhésions
  • Des créneaux et cours en loisirs obligatoires (des fois réduits à peau de chagrin au détriment des groupes de compét)
  • Des inscriptions au trimestre ou au mois, en cours d’année pour des publics en lien avec le CCAS
  • Des places réservées pour des publics fragiles

[Analyse des Besoins Sociaux (ABS) p21 : nous devons nous questionner sur le coût des activités extrascolaires pour les familles monoparentales ou nombreuses.  ABS p44 : il y a à Meylan un certain nombre de familles démunies dont les situations peuvent être occultées par les caractéristiques de la population meylanaise (fort niveau d’educ, niveau de vie vie confortable…)]

L’ABS, le projet de vie, la métropolisation des compétences, que faut-il de plus pour que la commune prenne enfin à bras le corps ce dossier des subventions ?

Vente de l’ « espace Chantourne »

Intervention à propos de la délibération (N°20 dans la note de synthèse) : Cession d’un bâtiment d’environ 730 m2 situé 15 boulevard des Alpes « Espace Chantourne ». (C. Refour)

Il est regrettable que la commune se sépare de ce lieu unique à Meylan. En effet, il était un des seuls espaces publics de la ville à avoir accueillir des activités aussi diverses que :
– Des associations sportives (roller, AGV (gymnastique volontaire))
– Des associations culturelles comme l’atelier de reliure
– Des temps festifs et des spectacles d’Horizons
– Des réunions du conseil municipal des enfants
– Le point jeunes et sa salle informatique
– Et même la salle de musculation des agents municipaux

Cette variété d’activités permettait à des publics très différents de se croiser et c’est encore un lieu d’échanges et de loisirs qui disparait au profit d’une entreprise commerciale. Une telle fermeture n’est pas anodine car elle impacte violemment le fonctionnement et parfois l’existence même de certaines associations contraintes de se reloger ailleurs. En septembre 2014 l’association de roller de Meylan qui comptait à l’époque plus de 300 adhérents s’est vu refuser l’accès à l’unique lieu meylanais pouvant l’accueillir (sol béton). Faute de local, l’association n’existe plus à Meylan. Nous le déplorons.