Pour une liaison efficace entre Grenoble, Meylan et Montbonnot

Communiqué de presse
Philippe Cardin et les élus AIMEylan

Pour une liaison efficace entre Grenoble, Meylan et Montbonnot

Préparons ensemble la concertation sur le projet BHNS

Meylan, le 22 septembre 2019.
Dans le cadre de la concertation publique préalable sur le projet de Bus à Haut Niveau de Service (BHNS) qui a lieu jusqu’au 31 octobre prochain, Philippe Cardin, tête de liste aux prochaines municipales, accompagné des élus AIMEylan, se prononce sur ce projet qui vise à améliorer les déplacements entre Grenoble et Montbonnot. Pour cela ils se positionnent pour davantage d’ambitions structurelles, écologiques et sociétales !

Le BHNS est une amélioration que nous saluons
La ligne C1 est d’ores et déjà saturée ; il est donc impératif de proposer aux Meylanais et aux travailleurs d’Inovallée une solution plus performante et plus confortable. Le BHNS peut répondre temporairement à ce besoin. Le lien direct qu’il crée entre les deux plus grands bassins d’emplois métropolitains (Presqu’île et Inovallée), ainsi qu’une meilleure connexion avec le tram B, est à saluer. Toutefois ce projet a été imaginé en 2010, avant que l’urgence climatique ne nous presse. Aussi il ne peut constituer qu’une étape et ne doit pas obérer l’avenir.

Préserver le cadre de vie sur les avenues du Vercors et du Granier
Concernant le choix du tracé, nous préférerons celui passant par l’avenue du Vercors-avenue du Granier, en gardant l’emprise au sol des voiries actuelles, afin de limiter l’impact sur la cadre de vie. Pour cela nous proposons un tracé en voie partagée bus/automobile. La desserte de l’avenue de Verdun pouvant être assurée par la ligne 13 et la ligne 6020. Nous redemandons qu’une étude de trafic automobile et de stationnement soit faite pour finaliser définitivement le tracé.

Le Haut-Meylan doit bénéficier de transports en commun performants
Nous sommes également favorables à une meilleure desserte du Haut-Meylan grâce, d’une part à la ligne 13 qui doit être renforcée et d’autre part au 6020 qui doit devenir, avec l’adhésion de la Communauté de Commune du Grésivaudan au SMTC, la ligne Chrono du Grésivaudan, pleinement articulée avec la nouvelle ligne structurante.

Préparons l’avenir en adéquation avec la demande
Depuis la création de la C1 il y a 7 ans, cette ligne de bus a attiré de nouveaux usagers. La piétonisation de Grenoble, l’urbanisation en cours de Meylan (avenues de Verdun, du Vercors et du Granier), les prolongements vers la presqu’ile et vers Montbonnot, ainsi que le confort et l’efficacité de ce nouveau transport vont encore accroître son utilisation. Les capacités maximales annoncées dans le dossier de concertation seront très vite atteintes.

L’irresponsabilité de l’équipe Tardy-Peyrin-Hours a retardé la progression de ce projet, alors qu’il recueillait pourtant l’unanimité. Aujourd’hui, le contexte écologique (réchauffement climatique, pollution de l’air, sauvegarde des espaces verts) nous oblige à repenser ce projet avec encore plus d’ambition. Ce projet est déjà celui de l’ancien monde, il faut le faire évoluer à la lumière des connaissances actuelles et de la prise de conscience sociétale de la transition écologique et énergétique.

En conséquence, nous demandons une étude qui prévoit d’ores et déjà la construction d’un moyen de transport plus adapté (et pourquoi pas un tram ?), à la fois dans son tracé, dans ses arrêts, dans son intégration des réseaux routiers, cyclables et de transports en commun.

Nous vous invitons à nous rencontrer pour en discuter, pour partager vos expériences pour que nous puissions porter une parole forte lors du prochain conseil municipal.

contact@aimeylan.fr

Un arrêté anti-pesticide à Meylan ?

« Monsieur le Maire,

Partout en France des maires soucieux de la préservation de la biodiversité et de la sécurité sanitaire pour leur population prennent des arrêtés « anti-pesticides ». Nous vous demandons de répondre à l’appel du maire de Langouë, précurseur du mouvement, qui a déjà été suivi en Isère par le maire de Malleval-en-Vercors.

Si nous saluons l’abandon par la mairie dans l’entretien des espaces verts des produits phytosanitaires, nous vous demandons de prendre un arrêté qui interdirait l’usage de ces produits nocifs pour la faune, au premier chef duquel les abeilles, et pour la flore, dans un périmètre de 150m autour des habitations, des chemins piétons et des pistes cyclables. L’espace naturel de la Taillat et ses promeneurs notamment ne doivent pas subir les conséquences néfastes de l’utilisation des produits qui seraient utilisés sur les surfaces agricoles qui le jouxtent.

Cet arrêté permettra en outre de continuer à lutter contre les moustiques puisque des produits existent qui ne sont nocifs qu’aux larves ciblées.

Les meylanais en général et les enfants en particuliers doivent être préservés de ces produits. La loi est aujourd’hui en carence dans le domaine, les collectivités doivent prendre leurs responsabilités.

Monsieur le Maire, prenez les vôtres et faites application du principe de précaution.

Philippe Cardin,
Président du groupe AIMEylan au conseil municipal de Meylan
Conseiller Métropolitain »

Philippe Cardin sera à la tête de la liste AIMEylan en 2020

Depuis 2014, nous avons eu trois maires, tous issus de la même liste et tous en désaccord. Marie-Christine Tardy (maire condamnée en 2016), Damien Guiguet (maire mis en minorité sur son budget en 2017) et Jean-Philippe Blanc (élu par 13 voix sur 33 et de fait mis très souvent en minorité).
Les résultats : une politique municipale incohérente, une paralysie des projets, du temps perdu dans la construction métropolitaine et un laisser-aller en matière d’urbanisme conduisant à une dégradation du cadre de vie.
Les règlements de compte et les conflits personnels sont passés devant les intérêts des Meylanais.

Depuis 2019, nous avons déjà eu l’annonce de trois candidats maire pour 2020, tous issus de la liste de Mme Tardy et toujours dans les mêmes désaccords et conflits. Aucun d’entre eux, faits à l’appui, n’a voulu reconnaître publiquement que Mme Tardy était coupable des faits pour lesquels elle a été condamnée. Sans cette reconnaissance comment faire valoir l’exemplarité politique et prouver qu’ils souhaitent que cela cesse?

Depuis 2014, nous sommes 7 élus municipaux, inscrits dans des valeurs écologistes, de gauche et du centre, issus d’une liste citoyenne, dans une constante unité. Nous avons toujours agi dans le souci d’être constructifs  afin d’atténuer les conséquences négatives de l’irresponsabilité de la majorité pour les Meylanais. Ainsi, nous avons proposé des amendements responsables et avons travaillés pour assurer la continuité de l’action municipale en évitant la politique du pire. Notre préoccupation est celle du service des habitants et la préservation de notre cadre de vie naturel, social et patrimonial.

Par exemple, lors de l’élection de M. Blanc par le conseil municipal en 2017, nous avions proposé de construire une équipe de gestion municipale sur une plateforme programmatique en 10 points consensuels privilégiant l’intérêt des Meylanais. Chacun de ces candidats, et leurs sous-groupes, a campé sur ses positions personnelles au mépris des habitants, des projets municipaux et du personnel municipal.
Plus tard, nous avons obtenu (malgré l’opposition du maire JP Blanc) et grâce à la mobilisation des habitants la mise en place d’une commission extra-municipale d’urbanisme, qui réunit des représentants d’associations meylanaises pour discuter des projets d’urbanisme sur la commune.

Depuis 2019, forts de notre expérience, nous avons lancé un processus de construction d’un projet pour les municipales en 2020.  Approche citoyenne sans lien politicien, chacun peut contribuer et trouver sa place dans cette construction.
En s’appuyant sur une enquête réalisée auprès des habitants, nous avons réuni plus de 80 personnes différentes dans des ateliers citoyens. L’engagement des habitants dans ces ateliers témoigne une volonté de sortir la commune de ses ornières actuelles. Ainsi se construit peu à peu un programme municipal équilibré pour la période 2020-2026 avec une équipe unie de futurs conseillers. La participation citoyenne n’est pas pour nous un slogan, mais une démarche à expérimenter. Le prochain atelier se déroulera le samedi 29 juin au matin et aura pour thème « Grandir à Meylan ».

Moi, Philippe Cardin , avec mon expérience d’élu communal et métropolitain, soucieux des préoccupations des Meylanais, poussé par cette démarche citoyenne en cours, avec tous les élus AIMEylan sortants et avec de nouveaux citoyens engagés que j’espère de plus en plus nombreux, je me propose d’être candidat à la fonction de maire en 2020. Je veux ainsi redonner à Meylan la probité et l’esprit d’initiative, la responsabilité et la collégialité, l’autorité et la préservation de son cadre de vie, la fraternité et la sécurité.

 

Philippe Cardin

 

 

 

 Bio :
– Philippe Cardin, 53 ans, marié, 6 enfants.
– Habitant Meylan depuis 1997.
– Conseiller municipal depuis 2008.
– Conseiller métropolitain depuis 2014 et à ce titre :
               Président du conseil scientifique de l’AURG
               Vice-président de la Société Publique Locale SAGES
               Administrateur de la scène nationale Hexagone, de la Casemate (CCSTI), de la Société
d’Economie Mixte INNOVIA.
– Géophysicien. Directeur de recherche au CNRS. Agrégé de Physique.
Fondateur et ex-directeur de l’Institut des Sciences de la Terre de 2010 à 2015 (300 pers.)
Président de la section du CNRS : « Terre et planètes telluriques 

 

Communiqué de presse – 14 juin 2019

Atelier n°5: Grandir demain à Meylan

Vous êtes invités à participer à l’atelier de préparation des élections municipales 2020 organisé par AIMEylan.
Ce cinquième atelier va traiter des questions d’éducation, de loisirs, d’épanouissement pour la jeunesse.

Venez apporter vos idées, contribuer au débat et discuter avec Philippe Cardin et l’équipe AIMEylan.
Accueil café à partir de 9h à la maison de quartier des Buclos

Atelier n°4: Habiter demain à Meylan

Vous êtes invités à participer à l’atelier de préparation des élections municipales 2020 organisé par AIMEylan.
Ce quatrième atelier va traiter des questions d’habitat et d’urbanisme dans notre ville. Sujet d’actualité si il en est!

Venez apporter vos idées, contribuer au débat et discuter avec Philippe Cardin et l’équipe AIMEylan.
Accueil café à partir de 9h.

 

Atelier n°3: Vivre à Meylan

Meylanais, vous êtes tous invités à rejoindre l’atelier d’échanges sur le bien vivre à Meylan. Nous aborderons les questions d’économie locale, de culture, de solidarité, du monde associatif communal et de la sécurité.

L’atelier se tiendra samedi 4 mai 2019, à la salle audiovisuelle du Haut Meylan, 52 Avenue de la Chartreuse à Meylan.
il débutera à 9h par un café d’accueil et se terminera à 12h30.

Au plaisir de vous y retrouver,

Réorganisation de la place des Tuileaux

Question de Madame Christel REFOUR :
Ma question concerne la réorganisation de la place des Tuileaux et de ses alentours. Les
habitants, les commerçants, les professions libérales exerçant dans le secteur déplorent le projet
de suppression de 44 places de parking. Ils voient dans ce réaménagement une menace pour leur
survie professionnelle et la vie du quartier. Plusieurs points posent question :
– Combien y-a-t-il de places de parking actuellement au total, dont le nombre de places en zone
bleue ?
– Quel travail d’analyse de leur usage en avez-vous fait ? riverains, clients des commerces,
dépose-minute école, salariés d’Inovallée, usagers de la C1 (fonction parking relais…) ? analyse
de la durée pour ces différents usages ?
– Vers quels objectifs tend votre projet de réorganisation de ces parkings ? quels usages voulezvous privilégier ?
– Combien de places allez-vous mettre en zone bleue ?
– Comment comptez-vous prendre en compte la légitime inquiétude des commerçants et
habitants?

Réponse de Monsieur Jean-François ROUX :
Madame la conseillère, vous avez adressé une question relative à l’évolution du stationnement sur le
secteur de la place des Tuileaux, dans le cadre du projet dit de requalification et d’aménagement de
Malacher Nord.
Il existe aujourd’hui sur la place des Tuileaux et ses alentours immédiats 157 places de stationnement
dont 6 en zone bleue.
Dès le lancement du projet, toutes les problématiques ont été mises sur la table, y-compris celle du
stationnement.
Pour l’analyse des besoins d’évolution, nous nous sommes bien évidemment appuyés sur des bureaux
d’études, qui ont travaillé sur les déplacements, les espaces verts, la prospective économique et
commerciale.
L’étude n’était pas allée jusqu’à préciser l’usage des stationnements, mais dès le début des réflexions,
ont été exprimées certaines volontés fortes, dont celle de repenser et rationaliser le stationnement. A ce
propos, était avant tout soulignée l’impérieuse nécessité de mettre fin à la pratique du stationnement à la
journée.
Le projet arrêté intègre cette demande, ainsi que d’autres ; j’y reviendrai plus tard.
Le nombre de places de stationnement passera à 113. Mais toutes seront désormais en zone bleue, de
courte durée, et ce afin de rétablir leur utilisation par les clients des commerces et des professionnels de
santé.
Je dois ajouter que lorsque le BHNS en site propre se substituera à l’actuelle ligne C1, quelques places
de parking supplémentaires pourraient être créées.
Précisons par ailleurs que les commerçants disposeront d’une autorisation de stationnement à la journée
et ne seront pas soumis aux contraintes de la zone bleue. En outre certains d’entre eux disposent déjà de
places dédiées à proximité des commerces.
Enfin, dois-je souligner que les déplacements se font de plus en plus via les transports en commun et
moyens alternatifs à la voiture ? Et que cette tendance ne fera que se renforcer dans l’avenir ?
Maintenant, et pour être vraiment complet sur cette problématique, permettez-moi de rappeler les
objectifs de départ de ce projet de requalification et d’aménagement du secteur de Malacher Nord.
Il est destiné à donner un visage plus moderne, plus fonctionnel et plus agréable à ce quartier, à
améliorer le cadre de vie. De ce fait, Il fera la part belle aux lieux publics d’échanges et aux terrasses, qui
profiteront naturellement aux commerçants.
Il se veut écologique, en accordant une part importante aux piétons, aux modes de déplacement doux et
aux transports en communs.
Il a fait l’objet d’une concertation longue et approfondie, dans la plus pure tradition meylanaise. En effet,
elle a débuté au mois de juin 2014 et s’est achevée par la réunion publique de présentation du projet le
13 février 2019. Elle a donc duré plus de quatre années et demi.
Plusieurs réunions publiques ont été organisées.
Un Comité de Concertation spécifique a été mis en place, regroupant autour des élus, de la majorité
comme de la minorité, et des services municipaux des habitants, des professionnels exerçant sur le
quartier, ainsi que des représentants d’associations. Ce comité a eu la mission de construire un cahier de
recommandations pour l’aménagement de l’espace public de Malacher Nord.
Plus tard, c’est la Commission Extra Municipale qui a pris le relais.
En outre, la Ville a communiqué sur le sujet, tant dans le magazine municipal que sur le site Internet. Sur
ce dernier, un dossier spécifique était d’ailleurs consacré à Malacher Nord. Il comportait notamment les
présentations détaillées effectuées lors des réunions publiques, ainsi qu’un compte-rendu de celles-ci.
Ainsi que je l’ai dit il y a un instant, dès le début des réflexions, toutes les problématiques ont été mises
sur la table, très clairement, et des volontés fortes ont été exprimées : améliorer la convivialité,
développer les sociabilités, augmenter les espaces naturels, renforcer les modes de déplacement doux
et, donc, repenser le stationnement.
L’opération présentée le 13 février dernier en est la fidèle traduction.
Pour terminer, sachez que j’ai reçu les commerçants le 25 mars dernier à ce sujet.
Pour ma part, et à l’appui des travaux conduits par nos services et les prestataires qui nous ont
accompagné, j’estime que c’est un beau projet et je suis assez confiant pour l’avenir.
A mon sens, il convient avant tout de laisser les habitants et usagers s’approprier et faire vivre ce
quartier.