Question sur la gestion du patrimoine arboré

Question de Madame Marie-Odile NOVELLI :
QUESTION CONCERNANT LA POLITIQUE COMMUNALE DE GESTION DU PATRIMOINE ARBORÉ
DE MEYLAN
Monsieur le Maire,
Le mode de gestion des arbres, arbustes et haies à Meylan ainsi que leur techniques d’élagage
continuent de poser question à de nombreux Meylanais qui s’étonnent de voir des arbres tronçonnés
dans les espaces publics , sans explication. Par ailleurs, le nombre d’arbres abattus à l’occasion des
programmes immobiliers et des projets urbains est important sans que les mesures compensatoires ne
soient visibles, alors que dans le projet de PLUi , Meylan est catégorisée « ville parc » .
Question
– Quelle est la politique communale de gestion du patrimoine arboré de Meylan ( arbres, arbustes,
haies) ?
Plus particulièrement :
– Quel est le suivi des arbres ? Tenez vous un décompte des arbres existants, et des arbres supprimés ?
– Quel est le budget annuel affecté à la gestion patrimoine arboré de Meylan ( arbres, arbustes, haies) ?
– Prévoyez vous un budget arbre pour chaque projet d’urbanisation communal, et l’exigez vous chez les
promoteurs privés ?
– Quelle est la politique de développement durable choisie, et le cadre qualitatif appliqué (il existe
par exemple une charte de l’arbre) , et ce cadre est il partagée par les différents intervenants
communaux ?

Réponse de Madame Catherine LECOEUR :
Madame la conseillère, vous avez posé une question relative à la politique de gestion du patrimoine
arboré de notre commune.
En introduction, je souhaite tout d’abord souligner que, depuis quelques années, nous sommes
confrontés à des événements climatiques intenses et soudains : vent, sécheresse, neige lourde, etc …
Ceux-ci mettent à mal le patrimoine arboré.
Ces phénomènes sont amplifiés par l’apparition de nombreuses maladies et parasites sur les arbres et
arbustes, et notamment la chalarose du frêne, le tigre du platane, la pyrale du buis….
Par ailleurs, il faut être conscient que le patrimoine arboré de Meylan est vieillissant.
C’est pourquoi depuis deux ans la Ville appelle un budget spécifique en investissement dans le but de
planter de nouveaux arbres afin de renouveler ce patrimoine. A l’occasion du vote du budget primitif
2019, une enveloppe de 10 000 € a ainsi été attribuée au pôle EDD à cet effet.
Concernant le suivi, les services de la Ville réalisent effectivement un inventaire du patrimoine arboré.
Depuis 10 ans une base de données est en place, maintenant sur SIG.
Il recense environ 5 000 arbres spécifiques, avec l’âge, l’essence, l’emplacement, l’intérêt, etc … Il est
mis régulièrement à jour, en fonction des remontées d’informations.
L’entretien de ce patrimoine est partagé entre plusieurs intervenants.
12
Tout d’abord la Ville bien évidemment, selon 2 axes :
– Le Pôle Environnement et Développement Durable, avec, dans le cadre d’un marché public,
40 000 € par an consacrés pour l’entretien du patrimoine arboré. Une entreprise intervient selon
un calendrier et un planning sur demande du pôle EDD.
– Le Centre technique effectue, d’autre part, des interventions à la demande du pôle EDD, et sur
des opérations courantes.
Le second intervenant est Grenoble-Alpes Métropole, puisqu’environ 800 arbres lui ont été transférés. La
Métropole assure la gestion de ce patrimoine, tout en faisant des comptes rendus à la commune.
En matière d’urbanisme le pôle EDD et le service urbanisme veillent au respect des arbres et des haies.
Des constats d’infractions sont effectués régulièrement.
Un effort important a été fait lors de la procédure d’élaboration du PLUi, puisque le nombre de sujets
protégés est passé de 1526 à 2164 entre le PLU et le PLUI, soit une progression de près de 42 %.
Enfin, vous souhaitez connaître nos principes de gestion.
Le pôle EDD, en collaboration avec le service espaces extérieurs, est en pleine redéfinition du plan de
gestion différenciée sur l’ensemble de la commune.
Ce plan permettra de redéfinir les principes de gestion en fonction des classes d’entretien et des
catégories de végétaux.
Le but est de conserver le caractère de ville nature, de s’adapter aux bouleversements climatiques et
d’assurer un entretien plus efficace.