Réunion publique AIMEylan sur les projets culturel et sportif métropolitains

La métropole grenobloise met en place un projet culturel et sportif pour notre agglomération. Nous invitons Elisabeth Legrand (maire adjointe aux sports de la ville d’Echirolles,  conseillère métropolitaine) et Francie Mégevand (maire d’Eybens, conseillère métropolitaine) à venir nous les présenter et participer à un échange/débat sur les sujets métropolitains.
Cette réunion publique AIMEylan aura lieu le mardi 8 novembre 2016 à 20h30 à la salle audio visuelle des Ayguinards. Vous êtes cordialement invités.

Vœu soumis au conseil municipal par le groupe AIMEylan

Monsieur le ministre de la défense

Au printemps dernier la commune de Meylan a été sollicitée pour contribuer financièrement à la mythique montée de l’Alpe d’Huez pour soutenir les blessés de l’Armée de Terre

« 21 virages de solidarité pour soutenir les blessées de l’Armée de Terre », c’est le slogan de cette journée organisée par le 93ème Régiment d’Artillerie de Montagne.

Si nous ne pouvons que saluer cette noble initiative pour aider nos blessés qui se sont battus pour la France, nous déplorons de les savoirs démunis eux et leur famille face à leur condition.

Comment imaginer un tel désengagement de l’Etat justifiant que les militaires prêts à donner leur vie se retrouvent en situation de quémander de l’aide aux communes jusqu’à 100 km à la ronde pour vivre dans des conditions honorables ?

Ainsi nous faisons le vœu que notre République accompagne pleinement nos blessés de guerre tout au long de leur parcours pour qu’ils puissent dignement faire face à leur handicap avec tout le respect que nous leur devons.

Questions écrites des élus AIMEylan au conseil

Question sur la suppression des couloirs de bus (A. Jammes):
Pourquoi la commune a-t-elle pris début juillet une mesure unilatérale de suppression des couloirs de bus avant le bilan de l’expérimentation qui était prévu en septembre 2016 ?

Question sur le suivi scolaire de la commune (C. Batailh):
Pouvez nous nous donner un point d’information sur les chiffres concernant le nombre d’élèves et de classes sur la Commune et dans chaque école?
Il y a eu beaucoup de mouvements d’instituteurs/trices, et de directeurs. Comment les choses sont-elles stabilisées aujourd’hui ? Les nominations ont-elles données lieu à des prises de postes ?
Suite à l’absence d’un instituteur pendant deux mois l’an dernier, qu’avez vous fait ? Comment la commune s’organise-t-elle pour être informée et réagir quand il y a un dysfonctionnement?
La réforme scolaire des collèges, qui s’applique cette année, touche aussi les primaires. Nous avons deux délibérations signées avec l’Éducation Nationale ce 26 septembre. Le service rendu aux écoles par la commune est-il appelé à s’amplifier où à diminuer ?

Question sur l’anticipation des aménagements nécessaires à la commune (M.O. Novelli) :
Lors du dernier conseil je vous ai interrogé sur la prévision stratégique de la commune concernant les incidences du millier de logements (environ) construits, en cours de construction, ou prévus, en matière de circulation et de services (crèches, écoles notamment). Vos réponses et celles de vos adjoints ont été encourageantes, générales mais ne répondaient pas vraiment à la question qui nous préoccupe. C’est pourquoi je la repose ce soir, de façon recentrée : comment la commune anticipe l’évolution démographique de Meylan dans ses différents quartiers ?

– Tout d’abord, comment prend – elle en compte -en terme d’accueil scolaire et petite enfance- l’arrivée, à moyen terme, de ménages plus nombreux que prévus par l’étude de l’agence d’urbanisme de 2015 ?
Les hypothèses d’étude de l’ agence d’urbanisme (qui concluait à une faible incidence des constructions) sont de 615 logements entre 2015 et 2022 , et seulement de 266 logements entre 2017 et 2022 . Or, rien que sur l’ex-terrain PLM, 500 logements supplémentaires sont prévus; par ailleurs, une urbanisation est à prévoir également sur la partie constructible du terrain de la fac de pharmacie (en haut) . On est loin du chiffre annoncé. [Même si les nouveaux propriétaires privés ne sont pas nécessairement de jeunes parents (car les accédants attendent d’avoir les moyens d’acheter), on ne peut pas en dire autant du logement social , qui accueille des familles souvent plus jeunes, et c’est une bonne chose compte tenu du vieillissement de Meylan.. ]. Où les enfants des futurs habitants des logements prévus ou en cours (dans l’ensemble concentrés entre l’avenue du Vercors – Granier et l’avenue de Verdun) seront ils accueillis en crèche ? Où seront ils scolarisés ?
L’école maternelle et primaire est par nature une école de proximité. Pourrez vous le maintenir ? Les crèches Béalières Buclos Mi Plaine suffiront elles ?

– Par ailleurs , Meylan a une politique envers ses personnes âgées; mais qui ne prend pas en consécration l’évolution démographique par quartier. Or, tous ne sont pas adaptés à la diminution de la mobilité: aux bealières par exemple, il n’existe pas de foyers logements ou de logements adaptés pour les personnes âgées, – certaines personnes en font la demande. La commune -qui va supprimer des mini crèches aux Béalières – peut –elle imaginer la création de résidences sociales seniors ?

Déclaration en conseil municipal sur la condamnation de Mme Tardy

Après la démission et la condamnation de Mme Tardy, comment retrouver la confiance ?

Notre mandature sera marquée par un fait majeur : la condamnation le 5 avril dernier de Mme Tardy, maire depuis 2001 et réélue maire en 2014. Elle a été reconnue coupable de prise illégale d’intérêt. Le tribunal a prouvé qu’elle avait usé de son pouvoir de maire pour favoriser le cabinet d’architecte de son mari dans des opérations immobilières à Meylan. Elle a donc été condamnée à 18 mois de prison avec sursis, à 20 000 euros d’amende et 5 ans d’inéligibilité tandis que son époux, également reconnu coupable de recel de prise illégale d’intérêts, était condamné à un an de prison avec sursis et à 20 000 euros d’amende.
Madame Tardy, après avoir nié les faits pendant toute la durée de l’instruction judiciaire, ainsi que le jour de l’audience, a décidé de ne pas faire appel. Le jugement est ainsi définitif.

C’est un fait unique dans l’histoire de notre commune et les condamnations pour manquement à la probité sont peu fréquents à l’échelle de notre territoire, voire de notre pays.

Nous voudrions saluer le courage des quelques élus de la majorité du précédent mandat qui ont dénoncé les pratiques illégales de la maire, Madame Tardy, à commencer par son premier adjoint de l’époque. Ils ont été l’objet de représailles violentes de la part de Madame Tardy et ont été mis au ban de la majorité de l’époque.

Les élus de l’opposition, pourtant régulièrement malmenés par Madame Tardy lorsqu’ils s’interrogeaient sur l’opacité de certains dossiers, se sont cependant abstenus de prendre position, à la fois pour respecter la présomption d’innocence et parce qu’ils estimaient que c’était à la justice de faire son travail.

C’est ainsi que lors de la dernière campagne en 2014 lors des élections municipales, la liste AIMEylan n’a jamais exploité le fait que Madame Tardy, candidate à la mairie faisait alors l’objet d’une instruction judiciaire.

Mais la condamnation d’un élu, premier édile de sa commune qui, de par la loi, doit être au service de l’intérêt général, est d’une extrême gravité et ne saurait être passée sous silence.

Pourtant, à ce jour, nous attendons toujours un communiqué de notre nouveau maire, condamnant clairement le comportement de Madame Tardy et donnant l’assurance à nos concitoyens que tout serait mis en œuvre pour restaurer la transparence dans la gestion de la commune, transparence garante de la démocratie locale et de la confiance des Meylanais.

Non, rien, aucun communiqué et beaucoup d’élus ce soir au conseil municipal qui ont soutenu jusqu’à l’aveuglement notre ancienne maire continuent de faire comme si rien ne s’était passé, à commencer par vous Monsieur le Maire. Combien de fois avez-vous rappelé votre soutien à Madame Tardy en séance de conseil municipal ?

Vous avez été soit dupés, soit complices.
Si vous avez été dupés, il est urgent que vous exprimiez publiquement une reconnaissance et une condamnation des faits. Sans ce courage et cette dignité, votre place n’est plus dans ce conseil.
Si vous connaissiez les faits et que vous vous êtes tu, vous êtes complices, et votre place n’est plus dans ce conseil.

Alors cette page sombre sera tournée,
alors Madame Tardy sera empêchée d’influencer les élus qu’elle a mis en place,
alors peut-être, les Meylanais pourront retrouver la confiance en leur conseil municipal.

Démocratie minimaliste à Corenc et à Meylan

Communiqué des présidents des groupes AIMEylan et Corenc à Vivre

Démocratie minimaliste à Corenc et à Meylan

C’est un véritable coup de force que mènent les maires de Meylan et de Corenc contre la Démocratie au sein même de leurs conseils municipaux respectifs. L’un comme l’autre veulent rendre impossible l’expression des élus minoritaires. Après avoir tenté de faire jouer à l’opposition un rôle de figuration, ils veulent désormais la réduire au silence.

Et les deux maires n’hésitent pas sur les moyens !

En 2016 ils prennent l’initiative de réunir leur Conseil à minima … soit une fois tous les trois mois. Ce qui est conforme à la loi, qui exige la tenue « d’au moins un Conseil par trimestre », mais contraire à une bonne, saine et démocratique gestion communale.

A Meylan et Corenc les commissions municipales sont mises en sommeil et ne se réunissent quasiment plus. Les groupes de travail annoncés en Conseil ne sont pas mis en place. A Meylan, le Comité local sécurité et prévention de la délinquance ne s’est pas réuni depuis 2013! Quant l’information des élus, elle est inexistante à Corenc ou délivrée le plus tardivement possible à Meylan.

Les atteintes à la démocratie sont légion dans les deux communes.

A Corenc, le maire met fin brutalement à un Conseil municipal pour ne pas avoir à répondre à des demandes légitimes d’explications (31 mars 2015) puis il annule le Conseil programmé le 12 mai 2015 … sans explications ! Le conseil municipal de Meylan programmé le 23 mai a été annulé.

A Meylan (janvier 2016) comme à Corenc (avril 2015 et janvier 2016) les maires n’hésitent pas à censurer les tribunes des groupes d’opposition dans leurs journaux respectifs.

A Corenc, le maire interdit aux élus d’opposition l’accès aux services de la mairie, sans son autorisation écrite. A Meylan, les demandes aux services doivent être faites par l’intermédiaire du cabinet.

A Corenc, le maire veut limiter à 30 minutes le temps d’expression de l’opposition.

Mais jusqu’où ces élus iront-ils dans leur volonté de museler l’opposition et de bafouer la Démocratie ?

Philippe Cardin et Claude Francillon

27 mai 2016

Meylan-Corenc